Pourquoi les armes chimiques sont-elles pires que les autres armes de destruction massive? (The Guardian)

Récemment, The Guardian, l'un des journaux les plus prestigieux au Royaume-Uni et dans le monde, a publié un article intéressant intitulé  Pourquoi les armes chimiques sont-elles plus mauvaises que les autres armes de destruction massive?

Référençant la guerre en Syrie, l'auteur demande quelle est la raison pour laquelle il existe un accord international de non-prolifération des armes chimiques, mais il n'y a pas le même concert pour l'utilisation d'autres armes de destruction massive.

L'article passe en revue l'évolution des différents accords internationaux signés au cours des deux derniers siècles par la plupart des pays dans la sphère internationale. En commençant par la Déclaration de Saint-Pétersbourg de 1868 au Statut de Rome de la Cour pénale internationale de 1998 par les Conventions de La Haye de 1899 et 1907 et la Convention sur les armes chimiques de 1993, l'auteur met en évidence l'absence d'une liste explicite des soi-disant armes de destruction massive qui peuvent servir de référence dans le contexte international et qui est sanctionnée par une majorité pertinente de pays.

Référençant la Convention sur l'interdiction de la mise au point, la production, le stockage et l'emploi des armes chimiques et sur leur destruction de 1993, qui est administré par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), à La Haye. Il est important de souligner que cette Convention distingue 3 types de substances chimiques classées comme armes chimiques et qui doivent donc être contrôlées:

  • Niveau 1: substances chimiques utilisées principalement pour la fabrication d'armes chimiques et dont l'utilisation en dehors de cette fabrication est minime (parfois la recherche pharmaceutique ou les systèmes de défense contre les armes chimiques). Les pays doivent déclarer une production annuelle supérieure à 100 grammes et la limite maximale de stockage est de 1 tonne. Des exemples de ces substances sont le gaz moutarde ou les agents neurotoxiques.
  • Niveau 2: Substances chimiques avec des applications légales avec des quantités à petite échelle. Les pays doivent déclarer leur fabrication et il y a des restrictions sur leur commerce international. Un exemple de cette substance est le thiodiglycol, qui peut être utilisé à la fois pour la fabrication de gaz moutarde et de solvant pour les encres.
  • Niveau 3: Substances chimiques avec des applications licites avec des quantités à grande échelle. Les pays doivent déclarer leur fabrication lorsqu'ils produisent plus de 30 tonnes et il y a aussi des restrictions sur leur commerce international. Des exemples de ces substances sont phosgene (qui peut être utilisé comme une arme chimique en tant que précurseur mais également des composants organiques et inorganiques) ou la triéthanolamine (utilisé dans la fabrication de moutarde à l'azote, mais également utilisés dans fabrication de détergents).

La force de cette convention réside dans le fait que, à ce jour, 192 des 195 pays reconnus par les Nations Unies ont signé et ratifié le traité.

Cependant, ni la signature du traité ni le suivi et le contrôle exercés par l'OIAC pour son exécution et son respect supposent que la menace d'un incident avec des agents chimiques ait disparu.

D'une part, il y a les faits vérifiés et prouvés par l'OIAC lui-même concernant l'utilisation d'agents chimiques (comme dans le cas récent de la guerre en Syrie).

D'autre part, nous devons considérer que NRBC des matières dangereuses ou incidents peuvent être causés à la fois par l'utilisation délibérée de l'agent chimique (un pays en cas de guerre, mais aussi par un groupe terroriste) comme un accident.

Autrement dit, bien que l'OIAC et la Convention sur la non-prolifération des armes chimiques pour contrôler et réduire les incidents de matières dangereuses provodados par l'utilisation d'armes chimiques dans un scénario de guerre par l'un des pays adversaires, malheureusement le risque d'un Hazmat incident causé par une attaque terroriste ou un accident (industriel ou causé par une catastrophe naturelle) continue d'exister.

Par conséquent les programmes et stratégies pour la défense des pays considèrent encore les possibilités et les risques d'un incident NRBC, un événement Impact élevé, Faible proabilité (HILP: High Impact, Low Probability) pour lesquels les protocoles devraient être mis au point une gestion appropriée, y compris la formation et la coordination des différents organismes, agences et unités d'urgence ayant des responsabilités dans la gestion d'un incident de ce type.

Un exemple de cette préparation si nous avons combiné l'UME organise des exercices conjoints annuels, et cette année 2018 dans la région du nom de Region de Murcie 2018 a marqué l'achèvement d'un scénario de catastrophe simulée pour le risque sismique produirait des risques principalement des risques environnementaux et NBC dans les 5 jours avec la participation de plus de 3.500 personnes.

Hispano Vema a eu le privilège de collaborer à l'élaboration de cet exercice interarmées dont le but est de reproduire fidèlement le contexte d'urgence et effectuer la validation des plans d'urgence des plans d'État de la gestion des incidents de la protection civile et des matières dangereuses NBC .

Dans ce contexte, l'objectif de minimiser les risques et de sauver des vies est l'aspect primaire et pour que la décontamination des personnes est un élément clé, soit des douches de décontamination intégrées dans l'équipement déploiement rapide NRBC ou stations de masse Décontamination du personnel.

Ce site utilise des cookies propres  pour améliorer nos services et  montrer la publicité liée à vos préférences en analysant vos habitudes de navigation. En poursuivant votre navigation, vous envisagez d'accepter son utilisation. Vous pouvez en savoir plus sur notre politique de cookies ici

J`accepte
Top